STATUT CADRE : ON FAIT LE POINT (EN 10 ÉTAPES)

Le statut cadre : faisons le point

Le statut cadre a des avantages mais aussi des inconvénients. Quels sont-ils ? Que signez-vous ?

Le statut cadre : on fait le point en 10 étapes

Savez-vous pourquoi vous êtes cadre aujourd’hui ? Qu’est-ce que cela sous-entend pour votre quotidien d’adopter ce statut ? Quel intérêt avez-vous à être cadre ?

Ce statut de cadre créé en 1947 semble être nettement moins apprécié par ceux qui le détiennent et plus personne ne sait vraiment à quoi il correspond. En effet, de moins en moins de cadres managent des collaborateurs et si auparavant un cadre pouvait toucher plus de 4 fois le salaire d’un ouvrier, ce ratio a chuté et peine à atteindre les 2,7 fois.
Fin 2017, les organisations syndicales et patronales se sont réunies pour établir une nouvelle définition de ce statut. Une réponse toujours en suspens.

Faisons toutefois le point sur ce statut controversé.

#1 La rémunération forfaitaire  

Le cadre ne compte pas ses heures ! 

La plupart des cadres bénéficie d’une rémunération à caractère forfaitaire. Les heures supplémentaires étant interdites, les cadres ne bénéficient pas de versement de majorations en cas de dépassement du nombre d’heures imposées dans le contrat de travail.
Ce système est plutôt flexible. Un cadre dispose d’un « forfait jour », c’est-à-dire qu’il doit travailler un certain nombre de jours dans l’année. Le maximum est fixé à 218 jours par an.
Contrairement au temps de travail de nombreux salariés, celui des cadres est, quant à lui, annualisé.

#2 Les RTT et les jours de congés

Consultez votre convention collective pour en connaître le nombre

Par rapport aux autres salariés, les cadres jouissent d’un nombre de jours de RTT calculé chaque année en fonction du calendrier. Cela ne concerne pas tous les cadres : en effet, selon les conventions collectives et selon les entreprises, les cadres peuvent obtenir des jours de congés ou de récupération supplémentaires. Renseignez-vous !

#3 La retraite complémentaire  

Vous cotisez auprès de 2 caisses de retraite. Pourquoi ? 

Pour bénéficier d’une retraite complémentaire, les cadres cotisent auprès d’une caisse de retraite Arcco. Sachez que vous cotisez uniquement sur la partie de votre salaire inférieure au plafond de la sécurité sociale.
Vous êtes amenés aussi à cotiser auprès d’une caisse de retraite spécifique, dédiés aux cadres appelée Agirc. Cette fois-ci, vous cotisez sur la partie de leur salaire supérieure au plafond de la sécurité sociale. Simple, non ?
La limite est fixée à 8 fois le plafond de la sécurité sociale.

La retraite complémentaire est profitable pour le cadre car la pension de retraite perçue est plus importante que pour d’autres statuts. Par contre, vous serez soumis à des cotisations supplémentaires lorsque vous choisissez cette retraite complémentaire.

 

#4 La durée de la période d’essai

Celle-ci est plus longue que pour un salarié. 

Lorsqu’un employé est embauché, il dispose d’une période d’essai.
Grâce à cela, l’entreprise peut vérifier l’adaptation du salarié à son nouveau poste. A l’inverse, cette période permet également de voir si le poste convient au nouveau salarié.
Sa catégorie professionnelle peut influer sur la durée de la période d’essai. Pour un cadre, elle est plus qu’un salarié puisqu’elle dure entre 3 et 4 mois selon l’entreprise.
Sachez que votre entreprise se donne le droit de renouveler la période d’essai, si elle en ressent un quelconque besoin.
Sachez que la période d’essai n’est pas obligatoire !

#5 La durée de préavis  

Légalement il oscille entre 3 et 4 mois pour un cadre. 

La durée de préavis varie selon votre statut. Les salariés non-cadres ont 1 mois pour prévenir la direction. Quant aux cadres, ils doivent respecter une durée de préavis de démission ou de licenciement estimée à 3 mois. Comme souvent, cette période se négocie et varie selon les rapports entretenus entre le salarié cadre et son employeur.

 

#6 Les avantages en nature

Ils sont totalement arbitraires ! Mais influenceront la qualité de vie dans l’entreprise que vous mènerez.

Il est souvent plus facile pour une entreprise de valoriser un salarié par des avantages en nature. Ces habitudes sont souvent pratiquées auprès des cadres pour les encourager, les motiver, les dynamiser. A quoi pense-t-on quand on parle d’avantages auprès du salarié ?
Au véhicule de fonction, à une carte bancaire professionnelle, à un logement de fonction, à un smartphone, à l’ordinateur portable … Cela facilitera l’exercice de leur métier. 

#7 La clause de non-concurrence  

Est-ce un frein pour signer un contrat ? 

Parfois, certains cadres disposent de compétences précieuses et cela peut vite devenir profitable à votre activité. Pour le bien-être de l’entreprise, celle-ci inclut une clause de non-concurrence au contrat de travail qu’elle vous propose. Celle-ci interdit au cadre d’exercer librement son activité professionnelle après son départ de l’entreprise. Elle interdit l’embauche immédiate par une entreprise concurrente. Mais cette clause se doit de rester raisonnable puisqu’elle se limite dans le temps et l’espace.

 

#8 Le soutien de l’Apec

Une association dédiée aux Cadres qui fait ses preuves. 

Connaissez-vous cette association pour l’emploi des cadres (APEC) ? Elle mérite d’être citée car elle offre de véritables services aux cadres. Elle leur propose généreusement un soutien personnalisé.
En quoi cela consiste ? En fonction de vos besoins, l’Apec met à disposition des ateliers pour que vous vous amélioriez dans certains domaines. Entretiens individuels, analyse du marché de l’emploi, préparation aux entretiens d’embauche ou encore ateliers de rédaction de CV et/ou lettre de motivation, atelier pour s’acclimater aux réseaux sociaux … tout est fait pour développer vos compétences.
Compte tenu du nombre restreint d’agences Apec en France, il est possible de profiter de ce soutien en ligne.

 

#9 La prévoyance retraite individuelle

Vous serez encourager à préparer votre retraite.

Investir pour mieux préparer sa retraite. Voilà le leitmotiv des assurances-vie !
Ce mode de prévoyance retraite incite souvent les cadres à épargner un certain montant. Pourquoi ? Cela leur sera profitable une fois retraités. Et vous, y avez-vous pensé ?
Il existe d’autres formes de prévoyance individuelle. Prenons l’exemple du plan épargne retraite populaire (PERP). Une somme d’argent vous est régulièrement versée ce qui vous permet de toucher une rente, entre autres, à l’ouverture des droits à la retraite du régime de base. Et celle-ci s’avère plutôt intéressante ! 

#10 Le droit à la déconnexion   

Apprenez à dire stop ! 

PComme nous l’avons évoqué plus haut, vous n’avez pas d’horaire. Le cadre est missioné au projet et n’a donc pas de contraintes horaire. Cela peut vite devenir chronophage dans votre quotidien si votre entourage professionnel a la fâcheuse tendance à en abuser.
Ces abus sont une tendance croissante qui influe sur la santé des cadres. À tel point, certains sont même touchés par le phénomène de burnout. Pour pallier cela, la Loi Travail prévoit « l’adaptation du droit du travail à l’Ère du numérique ».
Cette disposition concerne essentiellement les cadres en leur accordant le droit à la déconnexion, ce qui leur permet d’assurer un temps de repos et de congés. Par conséquent, l’employeur ainsi que les collègues de travail devront respecter cela.

 

Des avantages et des inconvénients, des cadres au rôle différent, une loi qui ne cesse d’évoluer… le Cadre doit aujourd’hui faire le point sur ces avantages et inconvénients que lui offre son statut. Si vous souhaitez être accompagné, contactez l’équipe de l’Espace Cadre. Entreprise et salarié, nous vous aidons à faciliter votre relation : n’hésitez pas !